René Berthiaume, Ph. D. (lettres)
Formateur en communication écrite
Président du Centre de perfectionnement en français écrit

mercredi 13 novembre 2013

Courir pour mieux vivre



Aimez-vous bouger? Si tel est le cas, prenez quelques minutes et lisez le texte suivant, que j'ai écrit à l'intention des membres de la Fédération des secrétaires professionnelles du Québec. À titre de conférencier, j'étais présent au vingt-septième congrès de la FSPQ (25 au 27 octobre dernier). Le texte que vous allez lire est celui d'une dictée que j'ai lue le samedi 26 octobre devant plus de deux cents participantes... soucieuses d'éviter les pièges!

Certains d'entre vous me feront remarquer que le verbe tataouiner n'est pas français et que le mot farniente est féminin. Tataouiner est dans le Petit Robert et farniente est un mot masculin, je vous l'assure!

Je vous invite à répondre aux dix questions. Comme d'habitude, vous pourrez prendre connaissance du corrigé et des explications après avoir cliqué sur Envoyer.

Courir pour mieux vivre

« Marie ne s'est jamais (demandé/demandée) voir la question 1 ci-dessous pourquoi elle courait une demi-heure chaque matin, même à demi réveillée. Elle était mue par un besoin viscéral de tonifier ses muscles avant même d'avaler son jus d'orange et ses rôties nappées de gelée de pomme. Bref, elle ne tataouinait pas au chant du coq, il fallait qu'elle (coure/court) voir la question 2 ci-dessous, peu importe la distance.

Disons-le sans ambages, la pétulante Marie était rebelle à l'ankylose et au farniente. Adolescente, elle s'était fracturé le (péroné/péronée) voir la question 3 ci-dessous en jouant au volley-ball. Elle s'était alors convaincue que les os et les muscles devaient travailler pour rester sains.

Si Marie aimait tant l'activité physique, ce n'était pas en raison des gènes qu'elle avait (hérité/hérités) voir la question 4 ci-dessous de ses parents. Ceux-ci étaient plutôt sédentaires, voire pantouflards. En revanche, Marie avait ouï dire que sa grand-mère Iphigénie était pour ainsi dire un (clone/clône) voir la question 5 ci-dessous d'Alexis le Trotteur. En plus de courir comme une gazelle, elle pouvait danser toute une nuit la bastringue ou la polka sans se sentir (harassée/harrassée) voir la question 6 ci-dessous.

La cinquantaine passée, Marie voit toujours dans la course une véritable panacée. N'allez pas lui parler de maladies (telle/telles) voir la question 7 ci-dessous l'athérosclérose. Malgré ses poplités parfois endoloris, elle entretient son corps avec une régularité exemplaire. Ses artères sont aussi dégagées que les rues de (New York/New-York) voir la question 8 ci-dessous le dimanche matin et ses cheveux coupés (court/courts) voir la question 9 ci-dessous lui donnent des airs de décathlonienne.

À titre de (héros/héraut) voir la question 10 ci-dessous de Marie, permettez-moi de vous transmettre le conseil suivant : le matin, au réveil, faites un pied de nez au stress avant de revêtir votre tailleur pied-de-poule. Courez une demi-heure sans galoper et oxygénez vos neurones. Vous vous sentirez mieux et vous mettrez aux abois les compagnies pharmaceutiques. »


0 commentaires:

Publier un commentaire